Je tiens à écrire un message sur un livre écrit par Fabien Tillon et intitulé "culture manga". Ce livre retrace l'histoire du manga et les différents genres. Je vous conseille vivement ce livre qui est très intéressant et qui présente le mode de distribution du manga au Japon et en France, qui explique le phénomène des otaku et le cosplay, qui donne des pistes pour expliquer le succès de certains mangas...
L'auteur explique également que l'une des originalités du manga et l'une des raisons de sa pérennité est la segmentation défini comme un découpage par genre permettant de donner au public ce qu'il aime ou est censé aimer. D'où les différents genres : shônen, shôjo, seinen, ecchi, hentai...

L'auteur attribue le succès des mangas comme Dragon Ball, Naruto, Bleach à "des scénarii
enchainant les scènes de combats dans lequels chaque protagoniste prouve sa
valeur et franchit une étape supplémentaire dans son développement personnel. " Ainsi, ces
séries trouvent un écho chez les jeunes dont "l'existence est concentrée sur
la recherche de leurs propres limites et la confrontation avec le monde
parfois déroutant des adultes." ( p 92)                       Bleachmovie1

Voici quelques extraits :

      " Le succès financier d'importance, pour les auteurs, est en tout cas chose possible au Japon. C'est le seul pays où un créateur de bande dessinée peut littéralement faire fortune, voire devenir millionnaire. Grâce à la rentabilité offerte par les produits dérivés et les différentes adaptations
sur d'autres média, certains mangaka, tels Akira Toriyama, figurent parmi les plus grandes fortunes de leur pays dans le domaine des arts."

     Selon Fabien Tillon, "l'otakisme en tant que tel, même s'il est malaisé d'en définir les contours exacts, n'est pas un danger. C'est une façon de
surconsommer et une philosophie de l'existence typiquement post-modernes : mieux vaut vivre dans l'imaginaire que dans la sordide et révoltante médiocrité du quotidien." Il s'oppose ainsi à la vision que les détracteurs du manga donnent des otakus en les qualifiant de "gens qui s'enthousiasment pour à peu près n'importe quoi. (Peter Carey)
D'après eux, l'otaku est "quelqu'un qui ne sait pas s'habiller, ni communiquer et qui est incapable de s'intéresser à autre chose qu'à l'objet de son obsession. " En clair l'otaku est un marginal.
     Mais Fabien Tillon ajoute que "cet état de révolte passive, de marginalité douce, peut devenir un authentique danger quand il est tout entier vécu comme un mode d'existence parallèle et affranchie des règles communes, dans un monde fantasmatique et  transgressif où se mélange la réalité, sans espoir de retour. Dans certains cas, limités mais réels, l'otakisme maladif est devenu, précisément, une triste réalité." Il donne l'exemple de certains otakus qui sont fans d'anime le jour et tueurs en série la nuit.


Autres articles :
Culture manga part 2 et 3