Quels sont les ingrédients d’un bon shônen ?_large__AnimePaper_scans_Bleach_alphadp_46433

Ce qu’il faut rappeler avant tout, c’est qu’il est de plus en plus difficile de différencier shônen ou shôjo ou plutôt de segmenter les œuvres en fonction des goûts du soit-disant lectorat cible. La preuve, beaucoup de filles lisent des shônen alors qu’ils sont censés être réservés aux garçons.

-Le Héros : soit un héros haut en couleur et naturellement fort qui désire protéger les innocents, faire triompher la justice (DragonBall) ou alors qui doit protéger ses amis puis tous les innocents à cause de certaines circonstances. (ex : Bleach). On peut noter que le manga Kenshin a un héros atypique qui lui, défend les innocents, pour s’amender de ses péchés tout comme dans Train dans Black Cat.

kaworu_shinji_03_plugOu alors le héros peut être un anti-héros, un gars qui n’a pas du tout envie de se sacrifier pour les autres, qui veut continuer à mener sa petite vie tranquille, un gars souvent torturé qui se trouve lâche et qui voudrait devenir puissant. Et là, l’exemple le plus significatif, c’est Shinji de Neon Genesis Evangelion qui devient puissant grâce à l‘Eva et qui va se combattre lui-même et notamment combattre sa lâcheté pour protéger les autres. Le cas d’Evangelion est très intéressant puisque certains passages sont plutôt shôjo dans le sens où certains persos masculins sont plutôt efféminés (Shinji, Kaworu ) et que les histoires d’amour y sont abordées différemment avec la relation Rei-Shinji ou même Shinji-Kaworu. (le volume 10 d’Evangelion fait clairement allusion au yaoi )
A l’image de Shinji ou de Kenshin, les héros sont souvent naïfs dès qu’il s’agit de relations amoureuses ou de la vie en général en dehors des combats. Dans Kenshin, cette naïvité donne lieu à des quiproquos dont je me régale^^

_large__AnimePaper_scans_Bleach_MadoshiKurefu__THISRES__112783
- La baston : On reconnaît un shônen aux scènes de baston, c’est bien connu.
J’aime particulièrement les scènes de combat au sabre comme dans Kenshin ou Bleach.
Dans le shônen, les scènes de combat s’enchaînent, un ennemi toujours plus fort apparaît et le héros doit sans cesse se surpasser. La volonté est une caractéristique primordiale du héros de shônen. Or certains anti-héros comme Shinji manquent de volonté et se retrouve poussé par leur entourage, par les circonstances à combattre mais il est essentiel pour le protagoniste de développer sa volonté au fil des combats.

Bleachmovie1- L’amitié: le thème de l’amitié est très présent dans les manga shônen (alors que les shôjo privilégient l’amour même s’il y a des exceptions comme Nana où l’amitié –une amitié ambiguë – est très présente)
Dans les shônen, les amis sont là pour remettre le héros sur les rails, pour le soutenir, l’aider à y voir clair, le pousser à combattre. Dans la plupart des mangas que j’ai en tête, les amis se battent aux côtés du protagoniste (Bleach, Black cat, Kenshin). Dans certains mangas, les héros cherchent à rester solitaires pour ne pas mêler d’autres personnes à leurs combats ou alors ils ne se confient pas pour ne pas mettre leurs amis en danger (Kenshin, Black, Bleach, et surtout City Hunter qui essaye de garder Kaori loin de ses combats). L’amitié est une des valeurs clés du shônen et fait référence au collectivisme qui caractérise la société japonaise : l’intérêt du groupe prédomine sur l’intérêt particulier, chaque individu a un rôle à remplir dans la communauté, les objectifs sont atteints grâce à la coopération de tous.

- Le système de séniorité : la société japonaise est une société qui se caractérise par le respect en général mais surtout le respect des jeunes envers leurs aînés. Le thème du maître et de l’élève est très présent dans les shônen notamment dans Kenshin ou Saint Seiya. Le maître peut remplacer la figure paternelle comme c’est le cas dans Kenshin. On peut constater ici que la frontière shôjo-shônen n’est pas imperméable puisque l’on retrouve la thématique du maître et de l’élève dans Fruits Basket avec le personnage de Kyo et de Kazuma.
Le plus souvent, le maître est utilisé en dernier recours, quand le héros se retrouve face à une épreuve difficilement surmontable où il devra apprendre de nouvelles techniques en reprenant l’entraînement auprès de son maître. Ces périodes sont souvent l’occasion pour le héros de faire le point sur sa vie, sur son combat puisqu’il est loin de ses amis et qu’il s’entraîne pour un combat où il pourrait perdre la vie. Et c’est l’occasion pour l’auteur de rajeunir et pimenter le manga en donnant de nouvelles techniques à son héros.

Calendario- la rivalité : cette notion de rivalité permet de faire sans cesse progresser le héros. La plupart du temps, l’ennemi initial devient ensuite le meilleur ami du héros (Kenshin, City Hunter, Bleach notamment Renji et Ichigo) ou alors l’inverse se produit : un ami devient un ennemi (Cowboy Bebop, Black cat, Gundam seed). J’ai tendance à préférer le deuxième scénario qui donne lieu à des histoires plus émouvantes, plus poignantes avec des héros torturés, déchirés qui ne savent plus quoi faire, qui ne comprennent pas comment ils en sont arrivés là…

Autres dossiers

Le fansub
Clamp
Yaoi et yuri chez CLAMP
Les relations fraternelles dans les mangas
Analyse de la relation Sasuke&Itachi
Les animes du moment qu'il faut se procurer 
Les studios majeurs de l’animation japonaise