Voici la troisième et dernière partie de mon sujet sur le livre Culture Manga.
Dans son livre, Fabien Tillon analyse le phénomène du cosplay ainsi que les raisons de l'engouement du public pour les mechas. Voici comment il définit le cosplay :

"Cosplay : sorte de théâtralisation du manga, une manière de l'injecter dans la réalité tout en maintenant une distance ironique, qui n'exclut pas pour autant l'antique fascination pour l'incarnation personnelle, par soi-même, des dieux ou des héros comme dans les traditionnels carnavals ou modernes jeux de rôle. Concrètement, il s'agit pour les fans de mangas ou d'anime de se grimer en adoptant le costume de leur idole et de parader ensuite au cours de manifestations publiques en prenant la pose Mais aussi retour à l'enfance, jeu avec les notions mouvantes d'admiration et de consumérisme - l'acteur exprime à la fois sa fascination pour le héros mais aussi sa prétention à devenir celui-ci l'espace de quelques minutes"

Pour moi, le cosplay, c'est l'occasion de faire la fête, de se lâcher l'espace d'un jour en devenant quelqu'un d'autre. Donc au niveau de la fascination, du retour en enfance et du phénomène d'identification je partage son avis.

Maintenant, voyons ce que l'auteur dit sur les mechas :
"armure surpuissante des chevaliers modernes, samourai électronique, symbole ambigu d'une société confiante en ses capacités technologiques mais souffrant d'une démilitarisation humiliante. Le mécha décuple les forces du corps humain, protège la nation, voire la terre, contre ses monstrueux ennemis, possède la puissance de feu d'une armée entière dans un seul de ses membres d'acier, et permet aux faibles de devenir forts. Le mecha correspond à une idéologie de la guerre, à une mystique typiquement nippone : mystique de la fusion entre l'être et la machine, entre l'esprit humain et le corps robotique surpuissant, lui donnant la force d'un dieu. "

Bon alors premièrement, j'adore les mangas de mecha que ce soit les Gundam (Wing et Seed), Neon Genesis Evangelion, Soukyuu no Fafner ou plus récemment Code Geass de Clamp. Pourquoi ? Et bien parce que j'aime l'idée qu'une personne normale puisse devenir toute puissante grâce à une machine. J'aime l'idée que quelqu'un de faible puisse venir à bout des plus grandes épreuves seulement avec l'aide de la technologie. J'aime l'idée qu'un trouillard puisse trouver suffisamment de courage en lui en montant dans un mecha. Je suis donc d'accord avec l'analyse de l'auteur surtout le passage où il définit le Japon comme "une société confiante en ses capacités technologiques mais souffrant d'une démilitarisation humiliante". Pour contrer ce problème, les japonais ont inventé les mangas de mecha. Tout comme les scénaristes inventent des films futuristes pour palier à ce qui manque à l'homme au niveau technologique. Mais ce que j'aime surtout dans les mangas de mecha c'est que les mechas sont une arme à double tranchant comme toutes les armes. Si elles sont mises dans de mauvaises mains, ces armes peuvent amener la destruction tout comme elles auraient permis la protection auparavant.

Code Geass met particulièrement bien en scène ce problème : quand les britanniens débarquent, ils ont une technologie bien plus avancée que les japonais et les mechas sont vus comme une arme de destruction, comme le symbole de l'oppression. Alors que les opposants vont également utiliser les mechas mais cette fois pour protéger la population. Mais le manga de mecha qui m'aura le plus marqué est bien sûr Evangelion qui montre bien qu'un individu tout à fait normal, sans talent particulier et complètement apeuré face aux responsabilités ou face au combat, peut devenir fort en se faisant violence.


Autres articles
Culture manga Part 1 et 2